Projet d’Atlas de la Biodiversité Communale (ABC) à Teyran

1 Qu’est-ce qu’un Atlas de la Biodiversité Communale (ABC) ?

Le but d’un ABC, démarche communale, est de constituer une aide à la décision pour les communes afin de préserver notre patrimoine naturel. C’est un outil simple et pédagogique, qui se doit de répondre aux objectifs suivants :

  • Apporter à la commune une information naturaliste suffisamment exhaustive et synthétique, notamment cartographique, qui permette une intégration des enjeux biodiversité du territoire dans les choix des décideurs notamment par une traduction de cette connaissance dans les politiques d’aménagement (notamment à travers les documents d’urbanisme)
  • Favoriser la compréhension et l’appropriation des enjeux biodiversité propres au territoire par les élus, les équipes techniques, les acteurs locaux (agriculteurs, forestiers, entreprises, associations…) et les habitants.
  • Impliquer les acteurs locaux pour construire, en concertation, des recommandations afin d’améliorer la gestion des espaces publics (voire privés) de la commune.
  • Examiner et intégrer, dans la mesure du possible, les aspects socio-économiques en identifiant les activités locales et leurs impacts, tant positifs que négatifs, sur la biodiversité (étalement urbain, activité minière, agricole, …).

L’ABC permet d’avoir une connaissance suffisamment exhaustive en amont pour intégrer les enjeux biodiversité dans les réflexions concernant les stratégies d’aménagement du territoire. C’est le préalable indispensable pour réduire notre empreinte écologique sur les écosystèmes.

2 Pourquoi un ABC à Teyran ?

Plusieurs études sur la biodiversité ont été réalisées sur la commune de Teyran, notamment dans le cadre d’études d’impact de projets d’aménagements (carrière, projet de parc à singes…). A celles-ci s’ajoutent les observations de la faune et de la flore par les habitants de la commune ou des alentours. Combinées, elles démontrent la richesse de la biodiversité sur notre commune, véritable patrimoine à préserver. On peut citer par exemple la présence d’au moins 5 rapaces nocturnes, dont la chouette effraie qui niche au cœur du village, la présence d’orchidées, ou encore la Diane, papillon typiquement méditerranéen, espèce d’intérêt communautaire au titre de la Directive Habitat-Faune-Flore (Natura 2000), et protégée en France. Cette biodiversité constitue un patrimoine pour notre commune qu’il convient de mieux connaitre, de préserver et de faire connaitre aux habitants.

Malheureusement, certaines études et observations sont parfois anciennes et deviennent obsolètes puisque la faune et la flore peuvent être à amenés à se déplacer, voire à disparaitre. Il est donc important d’effectuer un diagnostic actualisé le plus exhaustif possible sur la biodiversité sur la commune de Teyran et d’en évaluer si possible l’état de conservation. Une actualisation des données portant sur la faune et la flore nous permettront d’identifier et de localiser les enjeux en termes de biodiversité sur la commune. Cet état des lieux pourra faciliter l’intégration d’enjeux relatifs à la biodiversité dans l’aménagement du territoire pour la commune. Dans un contexte de pression foncière périurbaine importante, la commune de Teyran pourra utiliser l’ABC pour construire des argumentaires visant à élaborer des projets d’aménagement qui soient compatibles avec le respect du bien-être et du cadre de vie des teyrannais.

Enfin, cet ABC pourra aboutir à l’élaboration d’un plan d’actions pour préserver la biodiversité teyrannaise, en concertation avec les teyrannais.

3  Concrètement, que faut-il faire ?

Voici les principales étapes du projet :

  1. Réaliser un état des lieux des données existantes sur la biodiversité : recenser les espèces déjà répertoriées, évaluer le niveau d’ancienneté des données…
  2. Compléter les données existantes par un inventaire : réaliser des inventaires de la faune et de la flore sur la commune, en ciblant :
    • les espèces ou groupes d’espèces pour lesquels il n’y a pas de données ou les données sont trop anciennes
    • certains espaces avec peu de données, ou à enjeux : forêt, garrigue, prairies, bords de ruisseau…
  3. Hiérarchiser et spatialiser les espèces et habitats à enjeux : analyser les résultats des inventaires et fournir à la commune une hiérarchisation des enjeux en termes de biodiversité
  4. Préserver la biodiversité communale :
    • Intégrer la biodiversité dans l’aménagement du territoire
    • Élaborer un plan d’action en faveur de la biodiversité, porté par la commune et en concertation avec les habitants :
      • Gestion des espaces communaux, publics, privés (jardins au naturel…)
      • Proposer des projets impliquant les habitants
      • Actualiser régulièrement la connaissance sur la biodiversité

4  Et à Teyran, comment s’y prendre ?

Les bénévoles de notre association Teyran Nature Village ont présenté ce projet d’ABC à l’équipe municipale en avril 2017. Très réceptive au projet, nous avons mis en contact la commune avec les directeurs du Master IEGB (Ingénierie écologique et gestion de la biodiversité) de l’Université de Montpellier pour la réalisation d’inventaires sur la commune. En effet, ces dernières années les étudiants du Master ont réalisé des inventaires de la biodiversité dans plusieurs communes alentours : Prades-le-Lez, Saint-Clément-de-Rivière, Montferriez-sur-Lez, etc…
Un partenariat a été monté entre la commune et l’Université de Montpellier. Les étudiants viendront réaliser des inventaires sur la commune en 2017 et 2018 et organiseront des animations auprès des habitants de Teyran pour valoriser les résultats des inventaires. Nous souhaitons par la suite que la commune lance un plan d’actions en faveur de la biodiversité teyrannaise.
TNV contribuera bien sûr activement à ce projet.

Tous les habitants et associations locales sont les bienvenus pour participer à ce projet : en apportant leurs connaissances sur la biodiversité, en menant des actions de sensibilisation sur la biodiversité à Teyran ou en menant des actions de favorables à la biodiversité à son échelle, en jardinant sans pesticide, ou en répertoriant les papillons de son jardin par exemple !

Atlas de la biodiversité communale : le projet est lancé à Teyran !

Le mercredi 13 septembre 2017 a eu lieu la réunion de lancement de l’Atlas de la Biodiversité Communale (ABC) à Teyran, organisée par la commune et l’Université de Montpellier, partenaire du projet. A l’initiative du projet, TNV était bien sûr présent. Les directeurs du Master IEGB (Ingénierie en écologie et gestion de la biodiversité) de l’Université ont présenté le projet d’Inventaire de la biodiversité communale (IBC). Des inventaires de la biodiversité seront réalisés sur notre commune par les étudiants sur l’année scolaire 2017-2018 et des actions de valorisation des résultats de ces inventaires seront menées auprès des habitants de Teyran en 2018-2019.

Nous espérons par la suite que ces travaux mèneront à des actions de préservation et de restauration de la biodiversité.

Vous vous demandez ce qu’est un Atlas de la biodiversité communale ? Et pourquoi en faire un à Teyran ? Cliquez ici pour avoir la réponse !

Soirée Pollution lumineuse et Biodiversité le 13 Mai

CONFERENCE-DEBAT ET DANSE CONTEMPORAINE

Teyran Nature Village organise le Samedi 13 mai, à 20h30 à la salle des Fêtes de Teyran, une soirée spéciale associant art et écologie sur la pollution lumineuse et la biodiversité. TNV invite Romain Sordello, écologue et danseur, pour nous faire découvrir l’univers nocturne au moyen de chorégraphies modernes et d’une conférence scientifique proposant un état des lieux des connaissances et solutions possibles en faveur de la biodiversité nocturne. L’éclairage nocturne s’est considérablement déployé à l’échelle planétaire ces dernières décennies, produisant une pollution lumineuse qui nous prive régulièrement de l’observation du ciel étoilé. Outre le gaspillage énergétique qu’il représente, ce phénomène remet également en cause l’alternance jour/nuit indispensable au vivant, ce qui provoque des conséquences néfastes sur la faune, la flore et même sur l’Homme. Des solutions peuvent être mises en œuvre – depuis le choix des lampes et des luminaires jusqu’à leur planification spatiale et temporelle – en prenant en compte à la fois la biodiversité, la santé, l’astronomie et les économies d’énergie. A l’issue du spectacle, un temps d’échange avec le public sera proposé sur les enjeux liés à la pollution lumineuse en général, et plus particulièrement sur la commune de Teyran. Venez nombreux !

 

Soirée de sensibilisation à la pollution « Zéro Phyto »

L’association Teyran Nature Village, le Symbo (Syndicat Mixte du Bassin de l’étang de l’Or) et la commune de Teyran vous invitent à une soirée sous le signe du Zéro Phyto,
le 28 Avril à partir de 18 h à la Salle de la Bergerie.

Programme de la soirée :
18h : accueil adultes / enfants

18h15 : introduction
Les enjeux de la préservation de la qualité de l’eau à l’échelle du bassin de l’Or, P.Thélier, chargé de mission au Symbo (Syndicat Mixte du Bassin de l’Or).

18h30 : Projection du film « Bye Bye Pesticides », docu-comédie d’Erik Fretel

Bye Bye Pesticides dévoile les méthodes et techniques de ceux qui ont réussi leur transition pour se débarrasser des produits toxiques et surpassé les difficultés matérielles et humaines des résistances au changement. Pour notre santé, notre environnement et pour le Flower Power.

18h30 : atelier pour les enfants en parallèle de la projection du film
Projection d’une courte vidéo sur les pesticides, le parcours de l’eau et des polluants à l’aide d’une maquette du bassin versant, construction d’hôtels à insectes miniatures, atelier dessin sur le thème du Zéro Phyto.

19h30 : discussion / débat
Intervention du Maire M. Bascou et de son conseiller à l’environnement : les nouvelles actions engagées par la commune.

20h : verre de l’amitié

Exposition « Zéro Pesticide dans nos villes et villages » présente le danger des pesticides et les alternatives à leur usage du 24 au 27 avril de 17h à 19h dans la salle du Charron.

Soirée chouette

En collaboration avec la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) de l’Hérault et la Commission Patrimoine de Teyran, TNV a organisé une SOIREE CHOUETTE le jeudi 9 juin 2016, à la Salle de la Bergerie, à Teyran.

Après une présentation de documents, nichoirs et un film, concernant les rapaces nocturnes, on a surtout parlé de l’Effraie des Clochers. Depuis 40 ans plusieurs générations de ces beaux oiseaux habitent le centre de Teyran. Nous avons débattu de leurs habitudes, de leurs lieux de vie à Teyran , de leur avenir et les avons observés.

Voir l’affiche.

Les feux de jardin

Que faire des déchets après une journée d’entretien dans le jardin (tonte, taille, élagage, …) ?

Les feux de jardin (et de chantier) sont strictement interdits,

par la Circulaire du 18 novembre 2011 relative à l’interdiction du brûlage à l’air libre des déchets verts

Un particulier n’a pas le droit de brûler ses déchets ménagers à l’air libre. Ainsi, il est notamment interdit de brûler dans son jardin : l’herbe issue de la tonte de pelouse, les feuilles mortes, les résidus d’élagage, les résidus de taille de haies et arbustes, les résidus de débroussaillage, les épluchures (et a fortiori les emballages plastiques …).

Outre la gêne pour le voisinage (fumée et odeurs) et les risques d’incendie qu’elle engendre, la combustion des végétaux à l’air libre nuit à la santé et à l’environnement.

Elle produit entre autres :

  • des polluants gazeux : des composés organiques volatils, des hydrocarbures aromatiques polycycliques, du gaz carbonique, des dioxines, …
  • des poussières et particules fines de la taille de quelques microns, dont on sait aujourd’hui (cf les moteurs diesel) qu’elles sont très nocives en pénétrant dans les poumons et dans le sang.

Les solutions :

  • la déchetterie. Celle de Teyran se trouve route de Prades, ouverte aux horaires annoncés dans ce journal. Et la ville propose l’enlèvement des déchets verts par les services municipaux aux personnes âgées de plus de 65 ans.
  • le compostage. En rassemblant vos déchets dans un coin du jardin, vous obtiendrez un compost qui servira d’engrais naturel pour tous vos végétaux.
  • le paillage. Les feuilles mortes et les tontes de pelouse, étalées au pied des plantations, protègent les sols et nourrissent les plantes naturellement.
  • le bois raméal fragmenté. L’usage d’un broyeur pour réduire les branchettes en copeaux réduit considérablement leur volume et produit un excellent couvre-sol à déposer entre les plantes, qui enrichit le sol et empêche les adventices de pousser.

La fête du sentier botanique

La fête a eu lieu le samedi 26 avril 2014 de 10h à midi : Visite guidée du sentier de 10h à midi. Apéritif à midi. Un succès ; près de 80 participants.


Le sentier botanique : Il vient d’être installé sur la colline à l’est de Teyran. Il est long d’à peu près 1,5 km. Nous rappelons que c’est TNV qui a proposé cet itinéraire, l’a étudié pendant plus de deux ans avec l’aide de plusieurs sociétés ou associations botaniques et en a répertorié les plantes. Nous l’avons divisé en quatre stations : la station du frêne au départ, puis celle de l’arbre de Judée, celle des iris et enfin la station panorama en haut de la colline. Pour chacune, nous avons composé un panneau décrivant la botanique alentour. Outre ces panneaux généraux, une trentaine de panneaux plus petits signalent les plantes caractéristiques.

Nous remercions la Commission Environnement de la municipalité de Teyran qui a donné corps à ce projet en travaillant à son intégration dans une future modification du chemin de la Fontanaride et surtout en le finançant. Nous remercions aussi l’ONF qui a réalisé les panneaux et le travail technique sur le terrain.

Comment s’y rendre :

Partant du stade de football, prendre la rue du Cross ; elle tourne à droite puis à gauche ; la quitter dans ce dernier virage, en continuant droit vers l’est ; la piste de terre traverse le ruisseau de la Fontanaride (ou Transide ) ; on continue sur une centaine de mètres jusqu’à ce que la piste tourne franchement à droite ; là on monte en face en direction de la colline ; le sentier botanique débute à 50 m de là (on aperçoit les premiers panneaux d’interprétation).

Plan d’accès :

Nous travaillons  à créer sur ce site une page « sentier botanique » qui veut être un répertoire, aussi complet que possible, des plantes que l’on peut voir sur ce sentier, avec les descriptions, les dates de floraison… Nous envisageons de recevoir un étudiant stagiaire, spécialiste en informatique, pour participer à ce travail (contacter le 04 67 70 50 96) 

Chemin Botanique – recensement des plantes

Cette page recense les plantes (arbustes et herbacées) rencontrées au fil des saisons en parcourant le chemin.

Et les propose dans l’ordre du parcours, alors qu’évidemment on rencontre la même plante en différents endroits du sentier.

Le nom français (vernaculaire) ne suffit pas pour différencier les plantes. Le nom scientifique est nécessaire pour les identifier. Pour vous aider dans l’identification nous mentionnons le nom de la famille à laquelle elle appartient et la couleur des fleurs.
Nous ajoutons les périodes de floraison habituelles, mais nous avons remarqué que les dates de floraison sont particulièrement avancées cette année.

Pour chaque plante, une description plus complète sera obtenue en consultant le site auquel elle renvoie.

Les arbustes et herbacées

Chaque ligne est consacrée à une plante ; elle donne le nom vernaculaire, sur lequel on peut cliquer pour obtenir une description précise, puis, en italique, le nom scientifique, la famille, la couleur des fleurs et les mois de floraison.

Station 1 :

genévrier cade, Juniperus oxycedrus, Cupressaceae

chèvrefeuilles des Baléares, Lonicera implexa, Caprifoliaceae, rose et jaune, avril-juillet

genêt scorpion, Genista scorpius, Leguminosae, jaune, mars -juin

nerprun alaterne ou alaterne, Rhamnus alaternus, Rhamnaceae, jaune, mars – avril

filaire à feuilles étroites, Phillyrea angustifolia, Oleaceae, blanchâtre, mars – mai

filaire à larges feuilles, Phillyrea latifolia, Oleaceae, blanchâtre, avril – mai

ciste de Montpellier, Cistus monspeliensis, Cistaceae, blanc, avril – juin

thym (farigoule), Thymus vulgaris, Labiatae, blanc à rose, mars – juin

chêne kermès, Quercus coccifera, Fagaceae,

salsepareille Smilax aspera Liliaceae blanc août – octobre

Poaceae = graminées

brome érigé Bromus erectus Poaceae

brome rouge Bromus rubens Poaceae violet rouge mai-juin

brome de Madrid Bromus madritensis Poaceae mai-juillet

brachypode rameux (baouque) Brachypodium retusum Poaceae gris mai-septembre

laîche de Haller Carex halleriana Cyperaceae

paturin bulbeux Poa bulbosa Poaceae mars -juin

hélianthème Helianthemum apenninum Cistaceae blanc à cœur jaune mai-août

Alyssum alyssoïdes Cruciferae

crépis saint Crepis sancta Compositae jaune décembre -avril

Crepis vesicaria Compositae jaune

scorsonère en lanières Scorzonera laciniata Compositae jaune mars – juin

asperge sauvage Asparagus acutifolius Liliaceae vert jaunâtre avril -juin

sanguisorbe Sanguisorba minor Rosaceae

potentille Potentilla hirta Rosaceae jaune avril -juin

vipérine commune Echium vulgare Boraginaceae bleu avril – août

sédum Sedum sediforme Crassulaceae jaune avril -août

erodium Erodium cicutarium Geraniaceae rose février – juin

en chemin on a rencontré :

mouron bleu Anagallis foemina Primulaceae bleu avril – sept

mouron rouge des champs Anagallis arvensis Primulaceae rouge ou bleu avril – oct

Scorpiurus muricatus

luzerne Medicago minima Leguminosae jaune mars – juin

luzerne (glabre) Medicago orbicularis Leguminosae jaune mars – juin

buplèvre rigide Buplevrum rigida Apiaceae jaune juil – sept

leuzée à cônes Leuzea conifera Compositae involucre brillant juin – juil

crapaudine romaine Sideritis romana Labiatae jaune mai -juil

gaillet Galium parisiense Rubiaceae

ceraiste Cerastium pumilum Caryophyllaceae

petite euphorbe Euphorbia exigua Euphorbiaceaejaune

grémil de la Pouille Neatostema apulum Boraginacea jaune février – juin